HC

Catherine Raemy

Mon histoire

Introduction - Mon histoire
Je dévoile ici une partie intime de ma vie.
Ce n’est que dans un but, celui d’éventuellement être utile aux personnes qui pourront s’y retrouver et ainsi comprendre pourquoi je peux leur venir en aide… De même que si autant de détails y sont mentionnés, des paramètres qui sembleraient futiles pour certains, pourraient être d’une grande pertinence pour d’autres.
Merci d’avance pour votre bienveillance.
Lire - Mon histoire

Je nais à Genève en 1976 où je rejoins ma sœur, mon ainée de 3 ans et demi. Je passe ma petite enfance dans un quartier très tranquille. Vient ensuite l’heure de l’école et peu de temps après l’avoir débutée, une institutrice dit à mes parents qu’il semblerait que j’aie des aptitudes particulières, en d’autres termes, elle dit que je suis douée. Mais tout à coup, je me retrouve en échec scolaire, je souffre également de phobie scolaire et double alors ma 2ème année de primaire. Je suis ensuite “examinée” par une psychologue à l’Office médico-pédagogique, ce qui malheureusement n’aboutit à rien de concret.
Mais à côté de ça, dans l’autre partie de ma vie, la création s’impose à moi lorsque je suis à peine haute comme 3 pommes. Ma chambre est mon terrain de jeux préféré dans lequel je préfère me retrouver seule, et où des univers divers et variés que je m’amuse à confectionner, allant d’un habit de poupée, de toilettes pour “Barbie”, de boucles d’oreilles en papier, cabanes bien sûr, récits d’histoires inventées, mais aussi de création de cartes divinatoires ; ) et j’en passe, se font récréations enchanteresses !
Adolescente, après un passage bref à l’école des Arts décoratifs en 1991 et 1992 à l’issu duquel mon rêve d’enfant de devenir styliste s’effondre, j’erre alors dans une dépression jusqu’à mes 18 ans et j’entre finalement à l’École de Culture Générale, où je découvre avec beaucoup d’enthousiasme des branches telles que la sociologie, la philosophie, la psychologie, l’étymologie, etc. De nouveaux centres d’intérêts se dessinent alors, et je désire me diriger vers l’Institut d’Études Sociales qui s’appelle aujourd’hui l’HETS. Mais au moins 2 années d’attente se profilent devant moi tant il y a de demandes. Et il se trouve qu’à ce moment-là, je ne pus attendre.
Étant en souffrance dans la maison que j’occupe alors, je décide de trouver une solution alternative. J’ouvre le journal de l’emploi et observe qu’un des métiers les plus représentés est celui de secrétaire. Je prends la décision et propose à mes parents leur aide, afin de faire une école privée, la plus courte et si possible la moins chère. Après avoir repassé l’arithmétique et la comptabilité, je sors finalement diplômée et trouve très rapidement un emploi tout d’abord comme opératrice de saisie dans une maison d’édition musicale, fais ensuite 4 années dans une étude d’avocats, puis une fiduciaire et finalement très brièvement l’Orchestre de la Suisse Romande. C’est à ce moment-là que j’entends pour la première fois parler d’art-thérapie. C’est là ma 2ème révélation professionnelle. Je réalise surtout que c’est ce que j’ai toujours fait sans le savoir ! Mais la théorie en moins ; )
Il faut dire qu’après mon passage à l’École des Arts Décoratifs que j’ai vécu comme un véritable drame, ma créativité s’est retirée de moi, comme si elle avait été aspirée. En théorie ce n’est pas grave, puisqu’à ce moment-là, j’étais secrétaire et réceptionniste à plein temps et que je ne me posais aucune question et surtout, ne regardais pas en arrière.
Jusqu’au jour où, je re-rencontre un ami qui avait à l’époque l’École de Décors de Théâtre qui se trouvait non loin de mon habitation. Il me fit visiter ce lieu si singulier, avec ces odeurs de peinture, ces couleurs, etc.
Quelques temps plus tard, débute la somatisation. Mon corps commence à faire apparaître de l’eczéma, tantôt sur mes mains, tantôt sur mes pieds, qui finit par m’handicaper partiellement et je me retrouve également plusieurs fois en urgence chez un médecin pour des ulcères duodénaux.
C’est à ce moment-là que je commence à me poser des questions, qu’au fur et à mesure, se profile une compréhension de ce qu’il est en train de se passer. Et c’est aussi à ce moment-là que je décide de remettre certains paramètres de ma vie en question. Mais à vrai dire, tout ceci a pris beaucoup de temps, car personne ne m’a jamais expliqué tout ce que j’ai compris, à force d’expression de mon corps !
Alors après avoir entendu parler d’art-thérapie, je décide de m’engager dans le social afin d’obtenir de l’expérience, mais en entrant par la petite porte, en changeant radicalement de métier, je postule au Giap et en maison de quartier. Après avoir économisé pendant 4 ans pour pouvoir faire la formation, à l’âge de 33 ans et sans aucun antécédent familial, un gastro-entérologue me trouve un polype pré—cancéreux au colon, qu’il me retire alors. Je débute enfin mes études, puis termine le premier cursus de 18 mois, puis le 2ème, pendant que je jongle avec mes 2 emplois et à ce moment-là, des difficultés au sein de mon foyer. Je passe et réussis ma soutenance, et un mois plus tard, la corde lâche ! Avril 2015 c’est le burnout. S’en suit une collocation avec la personne qui était alors devenue ex., et 8 mois de recherches d’appartements sans aucune ouverture possible pour l’acceptation d’un dossier, situation qui m’a fait me sentir comme une pariât, une rejetée de la société. J’entreprends entre temps le cours de Sciences Humaines et finis par faute de logement, à habiter clandestinement dans un local non isolé, sans salle de bain, en plein hiver…
Entre temps, par un heureux concours de circonstances, une personne travaillant dans une institution d’utilité publique me propose de créer de toute pièce un poste d’art-thérapeute pour des enfants migrants dans le cadre d’un projet pilote. J’exerce alors en tant que telle pendant 29 mois. Ce poste s’achevant pour manque de financement, je pars pleine de détermination. Décidée à continuer à apprendre, j’explore encore des champs afin d’obtenir d’avantage de compétences… Découvrant en parallèle que j’ai de l’énergie de guérison dans les mains, et afin d’en savoir plus, je ressens l’appel d’une formation de Reiki Shamballa qui se poursuit par des cours de “Gestion des émotions”, s’ensuit Connaissances médicales, puis je décide de faire la formation de Psychogénéalogie entre autres, parmi les plus marquantes.

A force de lectures et formations diverses et variées, je découvre et réalise ensuite ce qu’il m’est réellement arrivée dans mon enfance et pourquoi. Comme toujours, je souhaite en savoir plus et cherche confirmation. Le verdict est que je suis un cerveau droit, un zèbre, une hyper sensible, hyper empathique, etc., qui en tant qu’enfant, face à la situation de souffrance d’une tierce personne, va se sur-adapter afin de répondre aux besoins de l’autre, au détriment de sa scolarité par exemple. Car dans ce cerveau il va y avoir comme un bug, ce qui m’a valu le sentiment d’être intellectuellement sous efficiente et surtout inadaptée pendant la majorité de ma vie. Jusqu’à la compréhension de la situation, puis l’abolition de cette croyance !!!

J’ai décidé de partager le récit de mon vécu afin qu’il puisse éventuellement servir à d’autres personnes si certaines s’y retrouvent, afin de leur apporter mon soutien.

Par ces lignes, je désire également rendre hommage à mon ami Alin Fedorov, grand artiste d’une générosité singulière, qui nous a quitté subitement le dimanche 5 janvier 2020, et qui sans le savoir, m’a permis d’amorcer cette renaissance à moi-même lorsque je visitais ses ateliers de décors, ainsi que pour ces 27 merveilleuses années d’amitiés que nous avons partagées, MERCI Alin.

Mes qualifications et formations récentes :

– 2013 Certification d’Art-thérapeute. Institut de formation l’Atelier, Genève
– 2015 Diplôme d’Art-thérapeute. Institut de formation l’Atelier, Genève
– 2016 Certificat de Sciences Humaines. Institut de formation l’Atelier, Genève
– 2017 Diplôme de Maître Reïki Shamballa, Cristalin’essens, Genève
– 2017 Attestation d’Aromathérapie, Cristalin’essens, Genève
– 2018 Attestation de Fleurs de Bach, Cristalin’essens, Genève
– 2018 Attestation de Gestion des émotions, Gabriel Delaunoy, Genève
– 2018 Diplôme de Médecine Académique. Atlas et bien-être formation, Renens
– 2019 Certification de Psychogénéalogie Comportementale. Equilibre formation. Genève.
– 2020 Atelier de Soins Quantiques, Philippe Fonjallaz, Genève

Créatrice pluridisciplinaire, on retrouve autant des tableaux, des bijoux, des sculptures, des marionnettes, que des vêtements dans mon parcours créatif. Mais l’art, autre que plastique en fait également partie… Chant, écriture et composition de musique pop-folk, danse tango, flamenco, comédie, ont été des passages de mes tranches de vie.

 

ME CONTACTER

.
.
.